DÉVERROUILLEZ LE MONDE DE L'IT

Apprentissage Sans Frontières

Accédez gratuitement à nos supports de cours et élargissez vos horizons en IT

Abonnez-vous à la Newsletter & Accédez à des Contenus Exclusifs

IPv6: Kesako? Et pourquoi n’y sommes-nous pas encore ?

IPv6: Kesako? Et pourquoi n’y sommes-nous pas encore ?

Damien.SO Damien.SO
9 minutes de lecture

Écouter l'article
Audio is generated by DropInBlog's Blog Voice AI and may have slight pronunciation nuances. Learn more

L’IPv6 est en cours d’élaboration depuis 1998 pour remédier à la pénurie d’adresses IP disponibles sous Ipv4. Malgré ses avantages en termes d’efficacité et de sécurité, son adoption est encore lente.

Globalement, les avertissements concernant l’épuisement des adresses internet ont cessé. Lentement, mais sûrement, la migration du protocole internet version 4 (IPv4) vers IPv6 a commencé. De plus, des logiciels sont en place pour empêcher la pénurie des adresses que beaucoup prédisaient.

Mais avant d'explorer l'état actuel et l'avenir de l'adressage sur Internet, retournons aux origines de cette technologie.

QU’EST-CE QUE CETTE NOUVELLE GÉNÉRATION D'ADRESSAGE INTERNET ET POURQUOI EST-CE CRUCIAL ?

IPv6 est la dernière version du protocole Internet, qui identifie les appareils sur Internet afin de les localiser.

Chaque appareil qui utilise Internet est identifié par sa propre adresse IP, cela dans le but que la communication internet puisse fonctionner.

À cet égard, c’est exactement comme les adresses postales que vous devez connaître pour envoyer une lettre.

La version précédente, IPv4 utilise un système d’adresse de 32 bits. Cela permettait de prendre en charge 4,3 milliards d’appareils et c'était jugé suffisant.

Cependant, la croissance d’Internet, des ordinateurs personnels, des smartphones et plus généralement de « l’Internet des objets » prouvent que le monde avait besoin de plus d’adresses.

Heureusement, l’Internet Engineering Task Force (IETF) l’avait déjà reconnu il y a 20 ans.

En 1998, elle a créé l’IPv6. Ce protocole utilise plutôt un adressage de 128 bits. Elle peut prendre en charge environ 340 000 milliards de milliards d’adresses (2^128).

Au lieu de la méthode d’adressage IPv4 qui consiste en quatre ensembles de nombres de un à trois chiffres, IPv6 utilise huit groupes de quatre chiffres hexadécimaux, séparés par des deux points.

QUELS SONT LES AVANTAGES DE L’IPV6 ?

Dans ses travaux, l’IETF a inclus des améliorations à l’adressage avancé par rapport à l’IPv4.

Le protocole IPv6 peut traiter les paquets plus efficacement, améliorer les performances et accroître la sécurité. Il permet aux fournisseurs de services internet de réduire la taille de leurs tables de routage, en les rendant plus hiérarchisées.

TRADUCTION D’ADRESSES RÉSEAU (NAT) ET L'ADRESSAGE AVANCÉ

L’adoption d’adressage avancé a été retardée en partie à cause de la traduction d’adresse réseau (NAT). Pour rappel, le NAT prend les adresses IP privées et les transforme en adresses IP publiques.

De cette façon, une machine d’entreprise ayant une adresse IP privée peut envoyer et recevoir des paquets de machines situées en dehors du réseau privé, et ayant des adresses IP publiques.

Sans NAT, les grandes entreprises possédant des milliers ou des dizaines de milliers d’ordinateurs. Ils utiliseraient d’énormes quantités d’adresses IPv4 publiques pour communiquer avec le monde extérieur.

Mais ces adresses IPv4 sont limitées et proches de l’épuisement, au point de devoir être rationnées.

Le NAT permet d’atténuer le problème. Avec le NAT, des milliers d’ordinateurs à adresse privée peuvent être présentés à l’internet public.

Le fonctionnement du NAT est le suivant : lorsqu’un ordinateur d’entreprise doté d’une adresse IP privée envoie un paquet à une adresse IP publique en dehors du réseau d’entreprise, il est d’abord acheminé vers le dispositif NAT.

Le NAT note les adresses source et destination du paquet dans une table de traduction.

Le NAT change l’adresse source du paquet en adresse publique du dispositif NAT et l’envoie à la destination externe.

Lorsqu’un paquet répond, le NAT traduit l’adresse de destination en adresse IP privée de l’ordinateur qui a initié la communication.

Cela peut être fait de manière qu’une seule adresse IP publique puisse représenter plusieurs ordinateurs à adresse privée.

QUI DÉPLOIE LA NOUVELLE GÉNÉRATION D'ADRESSAGE INTERNET ?

Les réseaux mobiles et les FAIs ont été les premiers à déployer l’IPv6 sur leurs réseaux.

Par exemple, plus de 90 % du trafic de T-Mobile USA passe par IPv6, suivi de près par Verizon Wireless avec 82,25 %. Comcast et AT&T ont leurs réseaux à 63 % et 65 % respectivement, selon le groupe industriel World Ipv6 Launch.

Les principaux sites web suivent le mouvement : un peu moins de 30 % des sites du Top 1000 Alexa sont actuellement accessibles via la nouvelle génération d'adressage, selon World IPv6 Launch.

Les entreprises sont à la traîne en matière de déploiement, avec un peu moins d’un quart des entreprises qui annoncent les préfixes IPv6, selon le rapport «  State of IPv6 Deployment 2017 » de l’Internet Society.

La complexité, les coûts et le temps nécessaires à cette évolution sont autant de raisons invoquées. De plus, certains projets ont été retardés en raison de la compatibilité des logiciels. Par exemple, un rapport de janvier 2017 révélait qu’un bug dans Windows 10 « compromettait les efforts de Microsoft pour déployer un réseau utilisant uniquement la nouvelle génération d'adressage à son siège de Seattle ».

QUAND D’AUTRES DÉPLOIEMENTS AURONT-ILS LIEU ?

L’Internet Society a déclaré que le prix des adresses IPv4 atteindra un sommet en 2018, puisqu'il baissera après que le déploiement d’IPv6 aura franchi la barre des 50 %. Actuellement, selon Google, le monde compte entre 20 et 22 % d’adoption de l’IPv6, mais aux États-Unis, ce chiffre est d’environ 32 %.

Alors que le prix des adresses IPv4 commence à baisser, l’Internet Society suggère aux entreprises de vendre leurs adresses IPv4 existantes pour aider les entreprises à se conformer à la nouvelle réglementation.

Selon une note publiée sur GitHub, c’est ce qu’a fait le Massachusetts Institute of Technology. L’université a conclu que 8 millions de ses adresses IPv4 étaient « excédentaires » et pouvaient être vendues sans incidence sur les besoins actuels ou futurs, puisqu’elle détient également 20 quintillions d’adresses IPv6 (un quintillion est le chiffre 1 suivi de 30 zéros).

De plus, à mesure que les déploiements s'intensifient, un nombre croissant d'entreprises commenceront à facturer l'utilisation des adresses de la génération précédente, tout en offrant gratuitement des services basés sur la nouvelle génération d'adressage.

Selon l’entreprise britannique ISP Mythic Beasts, « la connectivité IPv6 est standard », tandis que « la connectivité IPv4 est une option supplémentaire ».

QUAND L’IPV4 SERA-T-IL “DÉSACTIVÉ” ?

La plupart des pays du monde ont épuisé leurs nouvelles adresses de la précédente génération entre 2011 et 2018, mais nous ne serons pas complètement à court de ces adresses, car elles sont vendues et réutilisées (comme mentionné précédemment), et les adresses restantes seront utilisées pour la transition vers la nouvelle génération d’adressage.

Il n’y a pas de date officielle de mise hors service, donc les gens ne devraient pas s’inquiéter que leur accès à l’internet disparaisse soudainement du jour au lendemain. Avec la transition des réseaux, l'adoption de la nouvelle génération d’adressage par un plus grand nombre de sites de contenu, et la mise à niveau de l'équipement par les utilisateurs finaux, le monde s’éloignera lentement de la génération précédente.

POURQUOI N’Y A-T-IL PAS D’IPV5 ?

Il y a eu un IPv5, également connu sous le nom de protocole de flux Internet, abrégé simplement en ST. Ce protocole a été conçu pour les communications orientées connexion sur les réseaux IP dans le but de prendre en charge la voix et la vidéo.

l'IPv5 a accompli cette tâche et a été utilisé à titre expérimental. Un des défauts qui a miné son utilisation populaire était son schéma d’adresse de 32 bits, le même que celui utilisé par IPv4.

Il présentait donc le même problème que l’IPv4, à savoir un nombre limité d’adresses IP possibles. C’est ce qui a conduit au développement et à l’adoption de l’IPv6. Même si l’IPv5 n’a jamais été adopté publiquement, il a donc réservé le nom « IPv5 ».

Suivez le parcours CCNA sur le site Formip

Retrouver de nombreuses vidéos de cours sur la chaîne Youtube Formip

« Retour au blog

DÉVERROUILLEZ LE MONDE DE L'IT

Apprentissage Sans Frontières

Accédez gratuitement à nos supports de cours et élargissez vos horizons en IT

Abonnez-vous à la Newsletter & Accédez à des Contenus Exclusifs