DÉVERROUILLEZ LE MONDE DE L'IT

Apprentissage Sans Frontières

Accédez gratuitement à nos supports de cours et élargissez vos horizons en IT

CLOUD COMPUTING

CLOUD COMPUTING

Damien.SO Damien.SO
6 minutes de lecture

CLOUD COMPUTING

Nous avons parlé des serveurs physiques de la virtualisation et de la façon dont ces serveurs virtuels et physiques étaient connectés dans le data center.

L'une des choses qui n'ont pas beaucoup changé au fil des années, c’est l’organisation du travail.

C’est ce qu’on va détailler tout de suite.

Disons que nous avons une entreprise avec des milliers d'utilisateurs.

Ils ont leur propre datacenter avec des racks remplis de serveurs et des centaines de machines virtuelles.

Cette entreprise possède aussi différents départements dont un avec des développeurs qui travaillent sur une nouvelle application web.

L'un des développeurs souhaite tester ses applications et pour ce faire, a besoin d’un serveur web.

Le workflow va donc ressembler fortement à ceci :

  1. Pour commencer, le développeur va faire une demande au service informatique en expliquant qu’il ou elle a une nouvelle application qui doit s'exécuter sur un nouveau serveur web. Et que cette application a besoin du logiciel « Apache » et d’une base de données MySQL.
  2. Ensuite, le service informatique va examiner le besoin et va créer une nouvelle machine virtuelle sur l'hyperviseur, sur l'un de ses serveurs. La nouvelle machine virtuelle sera installée avec un système d'exploitation et tous les logiciels requis.
  3. Et pour finir, le service informatique n’a plus qu’à livrer la machine virtuelle au développeur, qui pourra tester sa nouvelle application sur le nouveau serveur.

Ce flux de travail fonctionne bien depuis pas mal d’années.

Mais le « problème », c’est que c’est un processus assez lent car nous avons un intermédiaire, qui est le service informatique.

Plus il y a d’intermédiaire et d’échange, plus la livraison peut prendre un certain temps…

CLOUD COMPUTING

C’est là qu’intervient le Cloud Computing qui permet de proposer différents services que le client pourra demander et recevoir immédiatement.

Grâce à lui, il n’y a plus d’intermédiaire qui examinera la demande avant de l’exécuter et de faire un rapport.

Tout le processus est donc automatisé.

Mais ce n'est pas le seul avantage du cloud computing.

L’Institut National des Standard et des Technology (NIST) a une bonne définition du cloud computing :

  • On a du « Libre-service à la demande » :

Le client doit pouvoir obtenir un service automatiquement et ce, sans intermédiaire. Il doit aussi être capable de supprimer ce même service.

  • On a un « Accès large au réseau » :

C’est-à-dire que le service en question doit être accessible de n’importe où. D’un ordinateur, d’une tablette ou téléphone, et même depuis internet ou sur des connexions WAN privées.

  • On a une « Mise en commun des ressources » :

Le service est donc dynamique et est capable de créer automatiquement de nouvelle machine dans le cas d’un pic élevé de Traffic.

  • On a une « Élasticité rapide » :

C’est-à-dire que pour le client, les ressources doivent être illimitées.

  • Et on a un « Service mesuré » :

Le fournisseur de cloud mesure toute l'utilisation des ressources pour la facturation et la transparence.

MODÈLE DE SERVICES

On va maintenant passer aux différents modèles de service du cloud.

Ici, au lieu d'acheter un produit, nous payons un service.

Lorsque nous parlons de cloud computing, nous utilisons beaucoup la terminologie « en tant que service ».

Voici les trois services de cloud les plus courants, on a :

  • (IaaS : Infrastructure as a Service) L’Infrastructure en tant que service
  • (PaaS : Platform as a Service) La Plateforme en tant que service
  • (SaaS : Software as a Service) et le Logiciel en tant que service

On va maintenant détailler ces 3 services avec des exemples pour chacun.

IAAS (INFRASTRUCTURE AS A SERVICE)

L’infrastructure en tant que service est tout ce qui concerne les périphériques réseau comme les machines virtuelles, les routeurs, les commutateurs, les pare-feu, l’équilibrage de charge et le stockage.

Par exemple, Amazon AWS propose des machines virtuelles à ses clients.

Lorsque vous créez une nouvelle machine virtuelle, vous pouvez choisir le système d'exploitation que vous souhaitez utiliser.

Et une fois que vous avez sélectionné le système d'exploitation à utiliser, vous pouvez choisir un type d’instance qui contiendra :

  • Un certain nombre de cœurs au niveau du processeur,
  • Une certaine quantité de mémoires,
  • Ainsi que des performances de stockage et de réseau.

Comme vous pouvez le voir, vous avez même la possibilité de créer une machine virtuelle gratuite.

En quelques minutes et après quelques clics, votre nouvelle machine virtuelle sera opérationnelle.

La suppression est toute aussi rapide !

PAAS (PLATFORM AS A SERVICE)

Passons maintenant à la plate-forme en tant que service.

Imaginer que vous soyez développeur, et que vous travaillez sur une nouvelle application Web.

En tant que développeur, vous n’avez pas envie de vous soucier des détails des machines virtuelles, et aussi de l’installation de logiciels.

C’est pourquoi il existe chez amazon une solution de plate-forme en tant que service qui s’appelle « Elastic Beanstalk ».

Il s'agit d'une machine virtuelle avec un système d'exploitation pré-installé et tous les logiciels requis pour exécuter son application.

La seule chose que vous avez à faire est de télécharger votre application et de l'exécuter.

Google aussi a son propre service de plate-forme en tant que service, qui s’appelle « App Engine ».

SAAS (SOFTWARE AS A SERVICE)

Et le logiciel en tant que service est une application à laquelle on peut souscrire et utiliser immédiatement, sans avoir à installer quoi que ce soit.

Tout se passe par le web dans le cloud.

Même si ce terme peut être nouveau, nous l'utilisons tous au quotidien depuis des années.

Nous avons par exemple :

  • Gmail
  • Microsoft Office 365
  • Google drive
  • etc.

Avec les logiciels en tant que service, vous payez pour l’utilisation de l'application et le fournisseur du cloud s'occupe de l'installation et de la maintenance des serveurs virtuels.

« Retour au blog